Loading...

VADÉMÉCUM DE SÉCURITÉ SANITAIRE – RAPPEL DE RÉGLEMENTATION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ SANITAIRE DANS LES BOUCHERIES

Accueil / Actu FBMV / VADÉMÉCUM DE SÉCURITÉ SANITAIRE – RAPPEL DE RÉGLEMENTATION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ SANITAIRE DANS LES BOUCHERIES

SUJET : locaux et équipements

ADAPTÉS AU NETTOYAGE-DÉSINFECTION

SITUATION ATTENDUE PAR L’INSPECTEUR :

L’inspecteur contrôlera la compatibilité de l’agencement et la conception des locaux (en particulier ceux où circulent, sont stockées, sont manipulées des denrées) et des aires extérieures avec la réalisation d’opérations de nettoyage-désinfection efficaces.

Il s’assurera de l’aptitude au nettoyage et désinfection des revêtements des surfaces de l’ensemble des locaux et des aires extérieures. (zone de stockage des déchets, etc.) et en particulier pour les surfaces le nécessitant, des opérations de nettoyage- désinfection régulières. Il vérifiera également que la présence éventuelle d’un revêtement anti-dérapant n’est pas un frein au nettoyage.

L’inspecteur s’assurera de l’aptitude au nettoyage et désinfection des ouvertures en contrôlant la conformité de la conception des ouvertures et des matériaux utilisés, et en portant une attention particulière aux portes recouvertes de plaques plastifiées, possédant un hublot, ou encore des rideaux en lanières plastiques, ainsi que des plafonds.

Enfin, dans le cas de matériaux ne répondant pas aux critères de nettoyabilité de la réglementation, l’inspecteur s’assurera que le professionnel est en mesure d’apporter la preuve que ces matériaux n’entraînent pas de danger de contamination des produits.

CE QUE LE PROFESSIONNEL DOIT AVOIR MIS EN PLACE :

Le professionnel devra éviter les zones et de recoins inaccessibles au nettoyage-désinfection (ex : angles vifs, rebords et reliefs trop profonds au sol), s’assurer que les joints sols/murs, murs/murs, murs/plafond, et ceux des éléments assemblés permettent un nettoyage et enfin réduire au maximum les décrochements des éléments assemblés, et avoir prévu des sols en pente pour faciliter l’évacuation de l’eau ou tout autre liquide vers les caniveaux.

Les surfaces des locaux (sols, murs, plafonds, huisseries) et des aires extérieures devront être faciles à nettoyer et à désinfecter (matériaux lisses, inaltérables, imperméables, imputrescibles, résistant à la corrosion, aux lavages, aux chocs), de couleur claire pour s’assurer de la propreté visuelle des surfaces.

Dans les réserves où sont stockés des produits emballés, les matériaux des murs et plafonds seront a minima dépoussiérables et ceux des sols sont lavables (ciment lisse /peint acceptable car le nettoyage est moins fréquent). Les matériaux des portes et fenêtres ainsi que les poignées sont faciles à nettoyer et, au besoin, à désinfecter (matériaux lisses, non absorbants, imputrescibles, de type PVC/aluminium). Les fenêtres sont à grands carreaux de préférence.

Le professionnel devra veiller à l’absence de plaques perforées ou de plafond en fibres agglomérées car l’entretien est impossible. Dans le cas particulier des plafonds filtrants ou des chambres froides comportant un plénum (plaque de plafond située en dessous des ventilateurs), l’exploitant veillera à ce que l’objectif d’aptitude au nettoyage et désinfection soit atteint.

Si l’exploitant utilise d’autres revêtements et matériaux que ceux cités précédemment (par exemple le bois et la brique), il en tiendra compte dans son Plan de Maîtrise Sanitaire. Il lui appartiendra d’apporter la preuve à l’autorité compétente que ces matériaux ne présentent pas de danger pour la santé publique par une démarche collective (GBPH) ou individuelle (PMS).

Commentaires(0)

Laissez un commentaire