Loading...

MANUTENTION DES VIANDES : RAPPEL DE LA RÉGLEMENTATION ET POIDS DE CHARGE

Accueil / Actu FBMV / MANUTENTION DES VIANDES : RAPPEL DE LA RÉGLEMENTATION ET POIDS DE CHARGE

En Boucherie Artisanale, les mains du boucher sont d’une importance capitale pour la transformation, la découpe et la coupe, la mise en valeur et la vente des produits ! Mais bien au-delà de l’usage et de la maîtrise par ses mains, c’est aussi l’ensemble de son corps qui est mis à contribution et confronté à certaines tâches pouvant augmenter les risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles.
La manutention des viandes fait partie des tâches à risques et c’est pour cela que le port de charges, est encadré et défi ni par la législation française par le biais du Code du Travail – ARTICLE R.231-72.
Cette réglementation, comme toutes les autres, n’est ni facultative ni optionnelle. S’agissant d’une loi française, elle doit être respectée et ne peut se prévaloir d’être ignorée !
L’article du Code du Travail R231-72, repris dans la convention collective de la boucherie-charcuterie-traiteur (article 5 et 27) indique que “lorsque le recours à la manutention manuelle est inévitable, un travailleur ne peut être admis à porter, d’une façon habituelle, des charges supérieures à 55 kilogrammes qu’à condition d’avoir été reconnu apte par le médecin du travail, sans que ces charges puissent être supérieures à 105 kilogrammes”.
Un salarié masculin adulte, interne ou externe à l’entreprise, ne peut pas se voir demander de porter un poids supérieur à 105 kg.
La réglementation va plus loin dans les dispositions légales lorsqu’il s’agit des femmes et des jeunes de moins de 18 ans puisqu’elle précise spécifiquement les barèmes autorisés comme suit :

Personnel masculin :

  • Entre 14 et 15 ans : port de charge autorisé maximum : 15 kg
  • Entre 16 et 17 ans : 20 kg

Personnel féminin :

  • Entre 14 et 15 ans : port de charge autorisé maximum : 8 kg
  • Entre 16 et 17 ans : port de charge autorisé maximum : 10 kg
  • 18 ans et plus : port de charge autorisé maximum : 25 kg

L’article 27 de la Convention Collective de la Boucherie Charcuterie Traiteur précise que les salariés comme les chefs d’entreprise doivent “affirmer leur volonté de tout mettre en œuvre pour préserver la santé des salariés (…)”. Elles doivent se “tenir en étroites relations pour l’étude et la mise en application de toutes dispositions propres à augmenter le climat de prévention”.
Cet article précise également que “les employeurs sont tenus d’appliquer les dispositions légales et réglementaires relatives à l’hygiène et à la sécurité dans le travail (…)”. Les salariés quant à eux sont tenus de s’y conformer.

Lors des opérations manuelles de chargement ou de déchargement des véhicules et de portage entre le véhicule et le lieu de livraison, les accidents peuvent être multiples : contusions, foulures, entorses, ou fracture lors de chute et glissades notamment.

Ces accidents s’il sont le plus souvent liés aux poids portés à dos d’homme, sont aussi souvent les conséquences des constats et situations les plus courantes suivantes :

 Distance parcourue trop longue,
 Obstacles et encombrements des planchers et des sols,
 Escaliers,
 Absence de réseaux de rails,
 Crochets non adaptés,
 Couloirs et portes étroites,
 Éclairage insuffisant,
 Etc…

Il existe cependant des solutions à mettre en œuvre pour faciliter les livraisons et la manutention, et éviter ou diminuer les risques d’accident en entreprise :

  • Faciliter le stationnement à proximité du lieu de livraison,
  • Adapter les hauteurs de plancher,
  • S’équiper en bras de raccordement du réseau de rails au camion, S’équiper d’un rail interne de l’extérieur jusque dans les frigos, Supprimer autant que faire se peut les marches et escaliers,
  • S’équiper en surface antidérapante,
  • Libérer les espaces de circulation des livreurs et collaborateurs dans l’entreprise.

Quand tout ou partie de ces solutions ne peuvent pas être mises en place, il est nécessaire d’utiliser un chariot d’aide à la manutention. Ces chariots qui permettent de franchir une petite marche sont indispensables pour manutentionner les marchandises dépassant la limite réglementaire.
En cas de contrôle nul n’est censé ignorer la loi, et tout contrevenant s’expose à des poursuites.

NB : jusqu’à la fin de l’année 2017, la mise en œuvre des différents équipements et moyens mentionnés ci-dessus, pouvait bénéficier d’une prise en charge financière par les CARSAT / CRAMIF de vos départements. La convention nationale de partenariat étant arrivée à terme en 2017, vos Fédérations se mobilisent activement pour qu’une nouvelle convention de partenariat et de prise en charge financière (sur présentation de dossier et avant travaux) puissent être de nouveau signées avec la profession. La Confédération Française de la Boucherie Charcuterie Traiteur travaille actuellement sur le dossier et négocie avec les interlocuteurs de la CNAMTS (CRAMIF) pour une nouvelle mise en place prochainement.

Commentaires(0)

Laissez un commentaire